Le nouveau représentant de l'Eglise Kimbanguiste « aile CENTRE  » menace d’envahir les sites stratégiques occupés et aménagés par « aile MONKOTO » (BANA 26) depuis plus de 16 ans.


Vue de la Paroisse de Simi-simi - Chantier du Bâtiment Administratif en Construction.

Contacté par ce fait, le Coordonnateur Provincial de l’Eglise Kimbanguiste « aile MONKOTO » affirme : « Il s'appelle Simon Lowa, nouveau Représentant de l’Eglise Kimbanguiste à Kisangani (camp 3=1), menace de venir ravir Simisimi (KISANGANI) et Lowa avec une cohorte de PNC et des Kimbanguistes de 3=1 ce dimanche 16 septembre. Il prétend avoir eu la bénédiction de Papa Simon (Chef Spirituel) pour cette besogne qui commencera à Kinshasa. Déjà les enseignants 26=1 œuvrant dans les ECK ont eu des lettres de demande d’explication : se rallier au 3=1 ou révocation »

Cette démarche d’inciter la haine et la violence n’est pas soutenu par nombreux Kimbanguistes à travers le monde, en cette période dont l’église Kimbanguiste « aile MONKOTO » prône l’unité et la réconciliation au sein de l’église, selon les enseignements de Joseph DIANGIENDA, premier Chef Spirituel et bâtisseur de l’église Kimbanguiste.

La crise, qui ronge dangereusement l'Eglise Kimbanguiste, remonte à 2002, depuis lors, plusieurs plaintes sont enregistrées dont l’aile « CENTRE » menace régulièrement sans succès les sites occupés par l’aile MONKOTO partout à travers la RDC et ailleurs. Le cas de l’envahissement de la Résidence du Chef Spirituel Joseph DIANGIENDA à MONKOTO 87 en avril 2010 reste inoubliable. Les « voisins » se sont cru dans un film policier du crû hollywoodien lorsqu'ils ont vu arriver et prendre position une escouade de policiers autour de la résidence du chef spirituel de l'Eglise kimbanguiste, « aile Monkoto », à Ngiri-Ngiri, dans la nuit de mercredi à jeudi du 14 avril 2010. Au même moment, d'autres policiers encerclaient la station de Radio Télé Kintuadi (RTK). Tous se sont retirés avant le lever du jour, sans mot dire.

 Extrait des réalisations des Kimbanguistes (B26) à Simi-simi (2010).

Partager la publication